La souplesse du cerveau ou neuroplasticité 2/2

 

Cerveau-e1389796145972

 

On a vu dans l’article précédent ce qu’était la neuroplasticité (voir ici).

Dans cet article, nous allons voir ce que l’on peut mettre en place pour entretenir et développer cette plasticité.

 

Avant toute chose, il faut remettre une information à sa juste place:

 

 L’idée reçue selon laquelle nous utilisons une infime partie de notre cerveau est méga-fausse!

 

 « D’un point de vue neurologique, c’est archifaux, explique le Pr Bernard Mazoyer. Notre cerveau travaille à 100 % de ses capacités et sans réserve d’énergie, que l’on soit éveillé ou endormi. Mais seulement 1 % de cette activité est “cognitive”, c’est-à-dire accessible à la conscience. Donc tout ce qui nous sert à penser, parler, inventer, décider ou bouger ne prend que 1 % de l’énergie cérébrale. Le cerveau se sert des 99 % restants pour confirmer et reformater sans interruption, à sa guise, tous nos réseaux neuronaux. C’est ce que nous appelons le “fonctionnement cortical par défaut”. »

Vous vous rendez compte si l’on avait juste un peu plus conscience de ce qui se passe dans notre cerveau? Je me demande jusqu’où ça pourrait aller. En tout cas, laissons la porte ouverte à cette idée!

 

Donc, voici ce que l’on mettre en place:

 

Brain gym

 

La gymnastique du cerveau est une science du mouvement. Ce sont des mouvements et des activités simples qui permettent d’améliorer les capacités intellectuelles. Vous avez tous sans doute entendu parler des jeux d’entrainement cérébral du Dr Kawashima. Avec ces exercices, vous agissez directement sur la mémoire, la vitesse de réflexion, calcul mental, etc… et contribuez ainsi à assouplir votre cerveau et à créer des connexions supplémentaires.

 

La sophrologie

 

La sophrologie alterne entre visualisation positive, méditation, respiration… et amène donc avec la pratique régulière une meilleure mémoire, une meilleure concentration, nous rend plus apte à voir le positif en chaque chose, nous permet de prendre le contrôle de nos habitudes et de les changer si on en ressent le besoin. Elle créé surtout de nouveaux « chemins » positifs, au mieux pour nous dans l’instant.

 

5f40fc0af1c7d7fdfc3dc26525e055f3

Outre, la sophrologie et le brain gym, j’ai envie de m’arrêter plus en détails sur la méditation et notamment sur une étude faite à Harvard.

La méditation

 

Tout le monde a entendu parler de méditation… Une expression populaire nous invite à « méditer » sur quelque chose lorsque l’on doit y réfléchir. On dit « Je vais méditer là-dessus jusqu’à demain matin ».

Or, la méditation, ce n’est pas ça.

En fait, ce n’est pas du tout ce que l’on croit… Ce n’est pas rester assis en tailleur, position du lotus, les yeux fermés à essayer de ne plus avoir aucune pensée (On peut tout de même la pratiquer comme ça si on le souhaite, mais on peut aussi méditer en faisant ses courses ou emmener ses enfants à l’école ou dans la position la plus confortable pour vous).

Oubliez ça, car honnêtement, c’est infaisable!

La méditation, c’est un état de pleine conscience. C’est être connecté à tout ce qui nous entoure dans l’ici et maintenant.

Nous ne pouvons absolument pas faire le vide dans nos pensées. En revanche, ce que nous enseignent les maîtres zen et autres bouddhas, c’est que la non-pensée est le fait de ne pas « attraper » ses pensées et tricoter avec.

En gros, vous observez le fait d’avoir une pensée… Et c’est tout! Vous voyez votre pensée et vous la laissez passer.

La méditation c’est un éveil de tous les sens. Yeux fermés ou ouverts, vous percevez TOUT en même temps. C’est un exercice qui demande d’être vraiment présent à soi et avec un peu d’entraînement, vous finirez par trouver ça très facile.

Vous habituez votre cerveau à ne pas figer les pensées, à ne pas les cristalliser.

 

Et récemment, une étude a été conduite à Harvard, sur 8 semaines, montrant que la pratique de la méditation reconstruisait la matière grise du cerveau.

Une IRM a été faite aux participants avant et après la méditation:

 

“L’analyse des images IRM, qui a porté sur les domaines où les différences de méditation associées ont été observés dans des études antérieures, a trouvé une augmentation de la densité de matière grise dans l’hippocampe, connu pour être important pour l’apprentissage et la mémoire, et dans les structures associées à la conscience de soi, la compassion et l’introspection. “ Sara Lazar du Programme de recherche neuroimagerie MGH psychiatrique et un instructeur Harvard Medical School en psychologie

C’est fascinant et si vous souhaitez aller plus loin, voici l’article en question (en anglais): Article d’Harvard sur la méditation

techbrainpurple-300x300

Personnellement, je ne crois aux choses figées et protocolaires, bien trop « humaines » à mon goût. Nous n’avons pas besoin de s’obliger à méditer 30 minutes par jour pour être zen. La méditation est un état d’esprit, une manière de vivre. Il suffit finalement de pas grand chose pour prendre de nouvelles habitudes. Trouvez VOTRE façon de méditer, car je pense qu’il y a autant de pratiques que de personnes différentes sur terre. Faîtes au meilleur pour vous.

Perso, en faisant la cuisine, je peux méditer facilement, en étant simplement présente à ce qui est… (même si c’est la pluche de patates!)

 

En conclusion,

Beaucoup d’études ont montré les effets produits par ces états de conscience modifiée et on observe une diminution du stress, de l’anxiété, amélioration des états dépressifs… et une augmentation considérable de la joie de vivre! 😀

Ajoutez à ça un renforcement des défenses immunitaires, des émotions positives, de la concentration et de la mémoire.

La neuro-plasticité, je vois ça un peu comme de la pâte à modeler… étirable à l’infini. Je trouve l’image assez parlante, pour montrer à quel point le cerveau est malléable et souple.


Et surtout, laissez-vous guider, vous savez instinctivement ce qui est bon pour vous.

 

Belle journée à tous,

 

Laure

 

 

Vous avez aimé cet article? Partagez-le!

Article pouvant vous intéresser: La souplesse du cerveau ou neuroplasticité 1/2

2015-02-09T13:00:14+00:00

A PROPOS

Créateur de Sourires est né de cette envie de voir le monde entier baigner dans la joie de vivre, rien que ça ! Je suis une incorrigible optimiste !