La Sophrologie au quotidien, quoi comment? 2/2

8232

 

Dans l’article précédant (voir ici), on a vu ce qu’était la sophrologie, maintenant voyons comment l’intégrer à notre vie de tous les jours.

Oui, parce qu’il faut préciser que la sophrologie ce n’est pas quelque chose que l’on fait comme ça en passant juste quand on a envie de se détendre (quoi que!).

La sophrologie est un art de vivre, une hygiène de vie je dirai même. Une fois que l’on a fait quelques séances et appris quelques exercices, on peut tout à fait se débrouiller tout seul et appliquer ces bonnes petites choses tous les jours.

 

1/ Au commencement, il y avait la respiration.

Et oui, sans respi, pas de Vie!

Essayez: allongez-vous sur le dos ou asseyez-vous confortablement. Posez une main sur votre ventre et une main au niveau des lombaires, si vous le pouvez. Inspirez profondément en imaginant que vous gonflez et dégonflez un ballon. Ce n’est pas la poitrine que l’on cherche à gonfler, mais bien le ventre. (Je pourrai peut-être faire une vidéo là dessus, pour bien vous montrer)

 

Petit truc à savoir: lorsque l’on respire avec la poitrine, il s’agit d’une respiration dynamisante (que l’on retrouve chez les personnes stressées). Pour se détendre, on va chercher à respirer par le ventre.

 

La respiration abdominale détend, libère des tensions, calme le mental.

 

Une fois que vous aurez bien compris le mécanisme, vous pouvez le reproduire partout, tout le temps, dans la voiture, en faisant vos courses, pendant votre café du matin ou votre brossage de dent du soir ^^ Et pas d’excuse de temps: ça prend vraiment 30 secondes!

relaxer-respirer-fitness-guerriere

 

 

2/ Comme je l’ai dit dans l’article précédent (voir ici), la sophrologie c’est se reconnecter avec l’instant présent.

 

La sophrologie c’est se reconnecter avec l’instant présent. 

 

C’est à dire prendre conscience de son corps. Et comment je fais ça? Facile: en me posant des questions:

  • Comment je me sens là maintenant?
  • Comment je respire?
  • Est-ce que j’ai des tensions/douleurs quelque part?
  • De quoi j’ai besoin pour me sentir mieux?

Ces questions permettent déjà de vous reconnecter à votre corps, car vous focalisez votre attention sur et dans votre corps, tout simplement, ce qui empêche le mental d’aller gambader sur la liste des courses de demain.

 

Certaines personnes sont tellement dans le mental, qu’elles n’arrivent même plus à ressentir ce qui se passe dans leur corps. Et ces questions peuvent rester sans réponse: elles disent qu’elles ne ressentent rien ou qu’elles ne savent pas ce qu’elles ressentent.

Pour palier à ça, rien de mieux que de faire des petits mouvements en étant attentif à ce qui se passe. Bien souvent, lorsque l’on se frotte les mains pendant quelques secondes, après on peut sentir de la chaleur, des picotements, une pulsation…

 

C’est par ça qu’il faut commencer. Vous allez dire: « bah oui, je ressens les picotement, c’est normal! » En réalité, on est toujours connecté à son corps… La seule choses c’est la conscience d’être connecté qui nous fait défaut.

Vous pouvez aussi faire des mouvements pour stimuler votre corps: par exemple, vous pouvez frictionner vos bras, vous savez comme quand on a froid. D’une part, ça permet de stimuler les méridiens, de faire circuler le sang et donc d’avoir plus chaud, d’autre part, ça permet de « toucher » des parties qui n’ont plus l’habitude de l’être.

 

Plus de jugement ni d’interprétation

 

3/ La troisième chose qui me paraît indispensable lorsque l’on parle de sophrologie c’est la pensée positive.

Comme je vous l’avais dit, on applique le non-jugement. On oublie l’interprétation et le jugement. Et surtout l’auto-jugement qui, à mon sens, est bien plus développé que le jugement du voisin.

Avec la sophrologie (et même au-delà je dirai), il n’y a que du positif. Tout ce que l’on fait et dit est le meilleur pour nous, ici et maintenant. Pas de jugement, tout est OK dans l’instant.

Dans notre société, on est toujours amené à critiquer le voisin, le mari, le patron… à noter ce qu’ils font de mal, de pas comme on voudrait… Et si on commençait à noter ce qu’ils font de bien, de beau, de doux?

 

Et si on commençait à s’aimer et à se cajoler?

 

Rain of flower

Et oui, ça commence déjà par nous (en nous!)

Pour cela, un petit exercice de visualisation est idéal: fermez les yeux et laissez venir un paysage qui vous plaît, un endroit où vous pouvez vous détendre. Ce n’est pas obligatoirement un endroit connu, ça peut être totalement imaginé (je préfère d’ailleurs: pas de mental au milieu, nan mais!).

A partir de ce paysage, vous allez observer tout ce qui se présente:

  • Vous êtes à la mer? A la montagne? En ville?
  • Qui est avec vous? Etes-vous seul(e)?
  • Quelles sont les couleurs?
  • Entendez-vous une musique? Des gens qui parlent?
  • Fait-il chaud, froid?
  • Sentez-vous quelque chose de particulier (brise sur le visage, eau sur les pieds…)?

Tout ce que vous percevez est parfait pour vous, ici et maintenant. N’essayez pas de changer une couleur ou un personnage dedans… Laissez-vous porter…

Alors, ça vous fait quoi?

Déjà avec ça, on a de quoi être bien dans ses pompes et ce, tous les jours!

Et c’est tellement facile.

Plus on pratique, plus ça devient facile et automatique. Il suffit de faire un petit peu tous les jours.

 

Beaucoup de personnes ayant pratiqué la sophrologie ont vu leur vie changer, alors pourquoi pas vous?

 

N’hésitez pas à me dire ce que vous avez mis en place dans votre vie pour être plus présent à vous-même, vous sentir mieux…


 

Et surtout, laissez-vous guider, vous savez instinctivement ce qui est bon pour vous.

 

Belle journée à tous,

 

Laure

 

Vous avez aimé cet article? Partagez-le!

Article pouvant vous intéresser: La sophrologie au quotidien, quoi comment? 1/2

2015-01-31T20:15:39+00:00

A PROPOS

Créateur de Sourires est né de cette envie de voir le monde entier baigner dans la joie de vivre, rien que ça ! Je suis une incorrigible optimiste !

NOS THÉRAPIES